Unité médicale des maladies auto-inflammatoires
Centre de référence
- Pôle de Biologie-Pathologie - CHU de Montpellier -
 
  DIU Maladies Auto-Inflammatoires 2017-2018  
 


   

 
  Présentation Les MAI L'équipe Consultations Le diagnostic La recherche Publications Sites Web
 
Les maladies auto-inflammatoires
  • Définition
  • Physiopathologie
  • Modes de transmission

 

Définition


Une sélection de publications
  • Maladies du système immunitaire inné :
    Le terme de maladies auto-inflammatoires (MAI) a été proposé en 1999 et regroupe des syndromes inflammatoires caractérisés par une absence d'auto-anticorps à titre élevé et de lymphocytes activés.
  • Continuum avec les maladies auto-immunes :
    Le système immunitaire met en jeu deux processus complexes et étroitement connectés : l'immunité innée naturelle non spécifique et l'immunité acquise spécifique.

Physiopathologie


Les signaux danger
  • Etape 1 : Détection des signaux dangers
    Dès l'apparition dans notre organisme d'un "signal de danger", des protéines et des cellules spécialisées du système immunitaire inné vont être activées et déclencher une réponse inflammatoire.

L'immunité innée, première ligne de défense, est liée à la reconnaissance par les cellules de l'hôte de motifs moléculaires propres aux signaux de dangers, grâce à des récepteurs spécifiques, regroupant les toll-like récepteurs (TLR) identifiant des signaux extracellulaires et les NOD-like récepteurs (NLR) identifiant des signaux intracellulaires. Parmis les signaux de dangers nous distinguons des signaux :

  • Endogènes ou DAMPS Damage associated molecular patterns: microcristaux débris cellulaires (ATP.)
  • Exogènes ou PAMPS Pathogen associated molecular patterns : les pathogènes (parois des bactéries, acides nucléiques des virus, etc.)

La réaction inflammatoire
  • Etape 2 : Déclenchement de l'inflammation
    La réaction inflammatoire est un mécanisme physiologique contre une agression qui met en jeu des médiateurs tels que la cytokine Interleukine 1 très pyrogène .
  • L'inflammation qui est une réaction physiologique de l'organisme à une agression, est caractérisée par l'apparition de fièvre, de douleur, de rougeur et de gonflement provoqués par l'effet de molécules solubles sur les vaisseaux sanguins locaux.
  • Ceux-ci se dilatent et deviennent perméables aux leucocytes circulants qui gagnent le lieu de l'infection. Les neutrophiles et les monocytes/macrophages sont les principaux leucocytes à intervenir dans l'immunité innée.
  • Les cellules migrent par chimiotactisme vers le site inflammatoire et sécrètent des médiateurs pro-inflammatoires tels que la cytokine IL-1β qui amplifient la réponse immunitaire.

Protéines défectueuses
  • Etape 3 : Apparition des symptômes
    Dans les MAI, les protéines régulant cette réaction sont mutées, et la réaction inflammatoire est excessive. Des signes cliniques comme la fièvre et des épanchements sériques vont apparaitre.
  • La plupart des protéines altérées dans les maladies auto-inflammatoires sont en relation avec la superfamille des "domaines de mort" (Death Domain Fold) impliquée dans l'inflammation et l'apoptose.
  • Ces molécules participent entre autre à l'activation du facteur de transcription NF-κB, l'apoptose et la sécrétion de la cytokine IL-1β par des régulations croisées et quelque fois par des voies de signalisation communes.
  • La maturation de la pro-interleukine-1β en IL-1β mature se fait par l'intermédiaire  de l'activation des NLR ce qui conduit au recrutement d'un complexe multiprotéique dénommé inflammasome.
  • Bien que des mutations dans ces protéines induisent une exagération de la réponse inflammatoire, consécutive à une activation excessive ou dérégulée des diverses cascades impliquées, les mécanismes moléculaires impliqués sont encore à l'étude.

 

 

Modes de transmission

Les MAI monogéniques

  • Il s'agit de maladies héréditaires rares, les seules qui soient éligibles pour un diagnostic génétique
  • Le premier gène identifié est celui de la Fièvre méditerranéenne familiale (FMF) en 1997
    French FMF consortium | International FMF consortium
  • Depuis la liste s'allonge chaque année

 

Les MAI multifactorielles

  • La maladie de Crohn
  • La maladie de Behçet
  • La goutte
  • L'arthrite juvénile idiopathique dans sa forme systémique
  • La spondylarthrite ankylosante...

 

Les MAI de cause inconnue

  • La maladie de Schnitzler
  • Le syndrome de Marshall ou PFAPA : fièvre périodique avec aphtose, pharyngite et adénite
 
Réalisé par Florian Milhavet   |   Mentions légales   |   Contact & Plan d'accès