Unité médicale des maladies auto-inflammatoires
Centre de référence
- Pôle de Biologie-Pathologie - CHU de Montpellier -


   

 
  Présentation Les MAI L'équipe Consultations Le diagnostic La recherche Publications Sites Web
 

 

Le syndrome périodique associé au récepteur du TNF (TRAPS) en bref

  • Transmission autosomique dominante
  • Affecte toutes les populations
  • Associe fièvre, arthromyalgies, erythème, amylose (si non traitée)
  • Facteurs déclenchants non connus
  • Traitement : Corticoïdes, anti-TNF, anti-IL1β
  • Le gène TNFRSF1A
    • Découvert en 1999 PubMed
    • Exprimé ubiquitairement
  • La protéine au TNF (TNFR1 ou p55)
    La liaison de TNF au TNFR1 active entre autre le facteur de transcription NF-κB et l'apoptose

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Physiopathologie du TRAPS


En savoir plus

Mécanismes connus

  • Défaut de clivage du récepteur
  • Défaut de son transport à la membrane
  • Défaut de l'activation de NF-κB
  • Défaut de l'apoptose
  • Défaut de repliement du récepteur
  • Défaut du stress oxydatif
  • Défaut de l'autophagie

La liaison de la cytokine TNF à un de ces récepteurs, TNFR1 ou p55, induit diverses réponses incluant la mort cellulaire, la différentiation ou l'inflammation. Cette liaison induit des changements de conformation du récepteur servant de plateforme pour le recrutement de diverses protéines dans un complexe multiprotéique.
Selon le complexe formé, trois principales voies de signalisation intracellulaires vont pouvoir être activées :

  1. activation du facteur de transcription NF-kB qui va permettre l'induction de l'expression de cytokines pro-inflammatoires telle qu'IL-1β et des facteurs anti-apoptotiques
  2. activation de la voie de signalisation JNK qui va induire la prolifération et la différentiation des cellules
  3. activation de l'apoptose via la caspase 8. Après activation, le récepteur peut être clivé à la surface de la cellule (le "shedding") par une métalloprotéinase. La libération de la forme soluble du récepteur membranaire inhibe l'inflammation en interagissant avec le TNF soluble.

La majorité des mutations rencontrées chez des patients TRAPS se trouve dans le domaine extracellulaire nécessaire à sa trimérisation à la membrane plasmique et à sa liaison à la cytokine TNF.
Plusieurs hypothèses ont été proposées concernant la physiopathologie de TRAPS :

 

Nos résultats récents

  • Identification d'un transcrit alternatif, TNFR1-d2, caractérisé par épissage de l'exon 2
  • Son expression est tissu-spécifique
  • Effet fonctionnel de 3 régions du gène sur l'épissage de l'exon 2

 


Le projet EuroTRAPS

Notre équipe a coordonné un consortium européen (FP7) consacré au TRAPS

 

Nos projets

Rationnel : La physiopathologie de TRAPS reste à ce jour controversé et dépendante du type de mutations rencontrées.

Questions : Quelle est la fonction de TNFR1-d2 dans l'immunité innée et son implication dans la physiopathologie de TRAPS.

  1. Comment est régulée l'expression de TNFR1-d2 ?
  2. Quel est la fonction de TNFR1-d2 ?
  3. Quel est l'implication de TNFR1-d2 muté dans TRAPS ?

Objectifs : Nous proposons de caractériser in vitro la fonction de TNFR1-d2 dans les voies de signalisation au TNF dans le but de clarifier le rôle putatif des trois polymorphismes du gène TNFRSF1A chez les patients avec un phénotype TRAPS.

Contact : Dr Sylvie Grandemange

Offre de stage

 
Réalisé par Florian Milhavet   |   Mentions légales   |   Contact & Plan d'accès